Jean Baudrillard dead.

Baudrillard died yesterday.

The Scotsman said: “He had an iconic status in certain sections of the French intelligentsia, illustrated by the left-wing Liberation daily which carried a full front page photograph of Baudrillard on Wednesday, and covered his death over three pages inside.”

Liberation said:
“Ce que Baudrillard entrevoit, avant tout le monde, cest la «révision déchirante» que subissent et le principe de réalité et le principe de connaissance. «Lobjet nest plus ce quil était», voilà, sous une formule sibylline, ce dont il faut rendre compte, avec la conscience de ne pas pouvoir en rendre compte. Lobjet se dérobe dans tous les domaines et «napparaît plus que sous forme de traces éphémères sur des écrans de virtualisation». Normalement, un «objet», tel que la pensée traditionnelle le pensait, est susceptible de poser devant lui un «sujet» ; est capable de sinventer un dispositif qui léquilibre, de valeur et déchange, de casualité et de finalité ; est capable de jouer sur «des oppositions réglées : celles du bien et du mal, du vrai et du faux, du signe et de son référent». Or rien de tout cela ne correspond plus à «létat de notre monde», qui nest même plus en crise ­ laquelle suppose son lot de tensions et de contradictions faisant tout compte fait fonctionner le système ­, mais est en proie à un «processus catastrophique» de dérèglement de toutes les règles.
De là vient que les phénomènes ­ le réel et le fictif, par exemple ­, au lieu de sexclure sils sont contradictoires, de se compléter le cas échéant, de sadapter ou de se vérifier mutuellement, bref de «séchanger», selon les règles de la différence et du différentiel, selon ce que lun ou lautre na pas, finissent lun et lautre par devenir «paradoxaux». Par entrer dans une phase de dérive exponentielle, et donc par se grever aléatoirement de «sens», de la même manière quun signe, nayant plus déchanges avec la réalité quil signifie, enfle, shypertrophie, prolifère, dérange tous les ordres, se multiplie tout seul en métastases, jusquà tout signifier, ou rien. Tout alors est frappé par une sorte de «principe dincertitude», la vérité, le travail, linformation, la richesse sociale, le sexe, le langage, la mémoire, le récit historique, loeuvre dart, lAutre, la culture, la représentation, lévénement lui-même, entre tout et tout, on a essayé détablir des équivalences artificielles, en narrivant, en fait, quà ajouter dautres simulacres, des couches factices de sens, de lhyper, du cyber, des prothèses…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *